Accueil > News

News

Appel à projet citoyens "Inspirons le quartier"

Bruxelles Environnement lance la seconde édition de l’appel à projet "Inspirons le quartier", qui accompagne et soutient les projets durables portés par les collectifs de citoyens.

Chacun peut devenir acteur de changement, les Bruxellois sont d’ailleurs déjà nombreux à développer des projets dans divers domaines : alimentation durable, potager et compost collectif, verdurisation du quartier, initiatives "zéro déchet", ou encore plusieurs projets instaurés progressivement pour un quartier durable citoyen.

Autant d’initiatives inspirantes qui instaurent une belle dynamique de quartier, pour plus de convivialité et de qualité de vie.

Pour apporter une expertise au projet et faciliter la co-élaboration entre citoyens, Bruxelles environnement propose un accompagnement et un soutien financier. Les projets lauréats peuvent également bénéficier de formations, d’outils méthodologiques, et de diverses opportunités de mise en réseau.

Les projets doivent être introduits avant le 1er octobre 2017 via le site Appel à projet citoyens "Inspirons le quartier"


L’histoire du CPAS en images

L’action sociale ne constitue pas une exclusivité de notre époque. Au travers des siècles, cette notion a cependant fortement évolué.

Au Moyen-Age, seigneurs et riches bourgeois fondent des institutions caritatives comme l’hôpital à la Rose de Lessines.
Les congrégations religieuses, comme les béguines, remplissent aussi des missions que nous qualifierions aujourd’hui de sociales. Avec l’émergence de monarchies centralisatrices, l’accent s’est déplacé de l’initiative privée aux interventions publiques.

Pose des premières pierres
31 mars 1954

C’est ainsi que le 14 décembre 1765, les “Tables du Saint-Esprit” reçoivent, par décret, mandat d’organiser l’assistance aux pauvres.

Quelques années plus tard, en 1796, après la période centralisatrice de la révolution française, il y eut de nouveau une organisation locale de l’assistance publique avec la création de deux organes distincts : les Hospices Civils pour l’hébergement des malades et les Bureaux de Bienfaisance chargés de la distribution des secours à domicile.

L’Etat belge mit sur pied en 1895 une commission royale pour la réforme de l’assistance publique. Mais ce n’est que trente ans plus tard, le 10 mars 1925, que le Parlement devait voter la loi créant les Commissions d’Assistance Publique. Cette loi restera d’application un demi-siècle durant.

La loi organique du 8 juillet 1976, créant les Centres Publics d’Aide Sociale, consacra le droit à l’aide sociale afin de permettre à chacun de mener une vie conforme à la dignité humaine.

Pose des premières pierres
31 mars 1954

Cette loi modifia fondamentalement la notion d’aide sociale, notamment en supprimant la notion d’indigence qui conditionnait l’intervention des anciennes Commissions d’Assistance Publique.

Depuis 1976, toute personne peut faire appel au Centre Public d’Aide Sociale. Tout citoyen peut s’adresser au CPAS sans réticence, car celui-ci mène son action au nom de la solidarité sociale locale et est tenu à l’obligation de confidentialité.

Home Saint-Lambert

Depuis le 1er octobre 2002, les CPAS répondent au nom de Centres publics d’Action sociale, dans la même optique, le revenu d’insertion sociale ou RIS, remplace le minimum de moyens d’existence.


Déménagement de certains services du Département de l’Action Sociale au Gulledelle 98

Face à un environnement en constant changement et en réponse aux défis liés au développement et à la création de services au sein du Département de l’Action Sociale, le CPAS s’est doté de nouveaux espaces de travail situés au Gulledelle 98.

L’administration a pour objectif d’offrir à l’ensemble de ses collaborateurs des conditions de travail confortables et idéales à leur bien-être et à leur épanouissement. La décentralisation des services du Département de l’Action Sociale constitue un pas en ce sens.

Cette décentralisation est une première depuis la création du CPAS et représente un nouvel enjeu. Le centre veillera à réorganiser au mieux la future coordination des services pour assurer la continuité des missions du CPAS envers ses usagers et ses bénéficiaires. Afin de maintenir cohérence et qualité du travail, le déménagement s’effectuera en deux étapes.

La première concerne le service Médiation de dettes qui déménage le mercredi 28 juin.

La seconde concerne les services Insertion Professionnelle, Activation, Logement, Energie et Initiative Locale d’Accueil. Leur déménagement est prévu le vendredi 7 juillet.


Les bénévoles du Home Saint-Lambert, l’atout cœur de la maison

Celui qui est déjà venu à la Maison de repos de la rue de la Charrette décrira peut-être l’endroit comme un dédale de couloirs, où vont et viennent résidents et personnel en blouse blanche. Aides-soignantes, infirmières, ergothérapeutes, hôtesses… Toutes et toutes sont là pour assurer un service de qualité aux personnes âgées venues couler des jours tranquilles au Home St Lambert. Plus discrets mais néanmoins indispensables à la vie de l’institution, on retrouve aux quatre coins de la maison notamment Ghislaine, Jean-Pierre, Raymonde, Miette, Isabel ou encore Monique, badge à la poche, quelques-uns de la quinzaine de bénévoles actifs au sein de la maison de repos.

Fabienne Henry
Présidente

Que peut bien faire un bénévole dans une maison de repos où les résidents sont pris en charge l’un par une aide-soignante, l’autre par une infirmière et un dernier par une autre équipe de soins ? Toutes les petites choses qui réchauffent le cœur d’une telle institution : « On fait un peu de tout » dit Ghislaine, qui s’occupe en priorité des résidents qui n’ont plus de famille. « On fait des petites courses pour ceux qui ne savent plus se déplacer, on accompagne aux visites médicales par exemple » ajoute-t-elle. Chacun reçoit une feuille de route listant les besoins du jour, selon les résidents et pour que la collaboration des bénévoles soit la plus enrichissante possible.

Servir le café, donner à manger à ceux qui ont des difficultés, mais aussi animer la bibliothèque de la maison ou disputer une partie de carte… la liste des activités que les bénévoles accomplissent est longue et bien variée. Cela laisse aussi plus de temps au personnel soignant pour les missions bien spécifiques qu’il doit remplir et qu’il n’est évidemment pas question d’assigner aux bénévoles, qui sont là pour apporter un plus, un accompagnement, une présence bienveillante aux occupants de la maison de repos. « On n’est pas des infirmières, donc on est là pour le bien-être, pas pour le médical » précise bien Ghislaine.

Ce qui ne les empêche pas d’être attentifs aux particularités de santé de certains : « J’ai une liste de ceux qui ne prennent pas de biscuit ou de sucre avec le café » souligne Jean-Pierre. Katheline, assistante sociale et Anne, ergothérapeute qui encadrent les bénévoles complètent : « Les bénévoles viennent en support de l‘équipe soignante, ils ne remplacent pas le personnel mais permettent à certaines personnes moins mobiles de faire partie d’un groupe d’activités par exemple. Il ne serait pas possible de monopoliser une aide-soignante pour accompagner quelqu’un pendant une heure à une animation ».

Entre petits services, écoute, présence et prévenance, le rôle des bénévoles est essentiel : « Quand un des volontaires manque à l’appel pour une raison ou pour une autre, les résidents les réclament » confie Anne, l’ergothérapeute. Cette ambiance chaleureuse, on la retrouve dans les propos des bénévoles. « Le personnel est charmant et enchanté quand on est là » sourient Isabel et Raymonde. « On se sent bien » ajoute Ghislaine avec Raymonde en écho : « Je me sens bien quand je suis là ». On sent que chacun s’investit dans sa mission. Avec beaucoup d’émotion, les bénévoles racontent leurs moments d’intimité, les anecdotes amusantes ou les instants forts dans leur relation avec les résidents. Certains ont entendu des histoires de vie riches, ponctuées d’histoires d’amour, de guerres, d’exil et de racines.

Être à l’écoute est au cœur du métier de bénévole. Isabel, qui prête régulièrement sa voix aux accents hispaniques lors les fêtes parle aussi beaucoup aux personnes désorientées : « On leur raconte une petite blague, on leur chante une chanson… ». Miette, grande biblivore, tient la bibliothèque et se rend en chambres pour proposer des livres. « Ça me plaît parce que les gens ne sont pas nécessairement intéressés par la lecture mais par la visite ! ». Elle a encore en mémoire cette dame qui l’avait doucement remerciée d’être venue jusqu’à sa chambre tout en refusant le livre proposé…

Impossible de douter de la motivation des bénévoles quand on constate la longévité de l’équipe… Monique est arrivée en 1995. Isabel chante – entre autres – avec les résidents depuis plus de 21 ans, tandis que Raymonde arpente les ailes du Home depuis 10 ans. Ghislaine est bénévole ici depuis 4 ans et Jean-Pierre a commencé voilà trois ans. La dernière arrivée, Miette s’est lancée il y a quelques mois mais compte bien rester.

Toutes et tous parlent d’une même voix lorsqu’on leur parle de leur rôle et de leur implication dans la vie du Home Saint-Lambert : écoute, gentillesse, sourire, envie d’aider et bonne humeur sont les maîtres mots de leur quotidien de bénévole. Beaucoup de respect aussi : « Il faut être psychologue, et faire attention à la vie privée. Ce n’est pas parce que l’on vieillit qu’on a plus de vie privée » insiste Ghislaine, approuvée par ses collègues. Une conscience professionnelle récompensée par le retour des résidents et par tout ce que cette expérience leur apporte : « Je me suis découverte une patience, ça me fait du bien à moi aussi » confie Miette. Raymonde ajoute « C’est une vraie satisfaction », complétée par Monique qui lance « On se sent vraiment utile ». Jean-Pierre apprécie la compagnie des personnes âgées et aime discuter et échanger avec eux. Isabel résume bien le sentiment du reste de l’équipe : « Ça nous apporte du bonheur, que les gens soient contents que vous soyez là… ».

Vous aussi, l’expérience de bénévole en maison de repos vous tente ?

Le Home Saint-Lambert et son centre de soins de jour recherchent des volontaires désireux d’offrir quelques heures de leur temps pour assurer :

  • des visites et un accompagnement individuel des résidents (présence, écoute, échanges, bienveillance)
  • un accompagnement individuel à l’extérieur (courses, promenades, etc…)
  • l’aide aux repas en collaboration avec les équipes soignantes
  • l’aide aux activités au centre de soins de jour

Des qualités de respect, d’écoute, d’empathie et de bienveillance envers un public de personnes âgées sont requises.
L’horaire est à convenir (journée, soirée, week-end).

Contact

Katheline VERBOONEN
Email : k.verboonen@cpas.woluwe1200.be
Tel : 02 777 75 29 ou au secrétariat : 02 777 71 74


Agenda


Tous les événements

© 2018 - CPAS Woluwe-Saint-Lambert

Intranet | Disclaimer | Plan du site | Contact